Google PlusFacebookTwitter

Marine Le Pen et le comique de répétition de Nicolas Sarkozy

Par dans Les billets d'Auvairniton

Share On GoogleShare On FacebookShare On Twitter

Nicolas Sarkozy vient de publier une Tribune dans Le Point pour expliquer la nécessite de « refonder notre politique européenne » (comme s’il n’avait jamais eu l’occasion d’y participer ?).

Depuis ce matin, les réactions fusent de toute part, ici dans un article du Parisien :

« Tribune : Marine Le Pen brocarde le «comique de répétition» de Sarkozy« 

Vous le savez, j’insiste souvent sur la place du rire dans notre société et comme moyen de communication.

Les hommes politiques par exemple aiment « mettre les rieurs de leur côté« . Un certain humour permet de rallier une salle à sa cause lors d’un meeting.

 

Or ici, à quelques jours des élections europénnes, Marine Le Pen veut remettre un peu de sérieux dans la campagne. Elle réclame donc sa chance et souhaite que les électeurs évitent le « comique de répétition« .

J’en rappelle la définition d’après Wikipédia : une blague qui revient plusieurs fois de suite, sous la même forme ou sous une forme légèrement modifiée, pendant une même œuvre ou au cours de différents numéros.

Pour reprendre la formule de Thierry Roland (qui va me manquer cet été), Marine Le Pen adresse donc à l’UMP un carton jaune pour « l’ensemble de son œuvre ».

On peut en effet considérer de son point de vue que Jean-François Copé, maintenant Président du parti, propose le même discours.

Sur RTL, ce dernier qualifie d’ailleurs le texte de «remarquable» et affirme partager la même «vision de l’Europe.»

 

D’un point de vue sémantique, la petite phrase de Marine Le Pen semble plus fine qu’elle n’y parait. Les amateurs de métaphores et les linguistes, indépendamment de leur orientation politique, doivent apprécier.

Elle s’inscrit en tout cas dans la droite ligne du thème central du Front National : tous les partis se valent (UMPS…), tous les hommes (et les femmes) au sein de ces partis sont les mêmes, la seule alternative c’est nous.

 

Pourquoi en débattre autant sur Pubely ? Parce que les connotations négatives de l’humour ou du rire sont relativement rares !

Certains crient plutôt à la dictature ou à la tyrannie du comique. Celui qui ne rit pas, ou ne fait pas rire, n’a plus sa place en public ou dans les médias.

A la rigueur, on pourra quand même le garder s’il énerve assez pour faire réagir (polémiste).

 

En l’espèce donc, le rire est teinté négativement. Monsieur Sarkozy, par son comique de répétition, serait un rigolo, un drôle de type, dans une période  où les Français n’ont pas le cœur à rire.

Un chat sérieux - Auvairniton Bourgrire - Pubely

Derrière cette petite phrase, il y a surtout la bataille pour devenir, le temps d’une élection, le premier parti de France. Le PS est à terre, reste l’UMP de Jean-François Copé debout, qu’il faut chercher à atteindre.

Ce dernier fait le pari d’un soutien clair à Nicolas Sarkozy. Dès lors, c’est un jeu à pile ou face :

– Si l’UMP « gagne » les élections, le poids de Messieurs Sarkozy et Copé sera plus grand au sein de leur parti mais aussi de la droite en général.

– En cas de « défaite », c’est bien sûr le Front National qui risque d’en profiter… mais aussi François Fillon !

En effet, il a pris ses distances avec la chronique de Nicolas Sarkozy, tant sur la forme (« ce n’est pas l’événement central de la campagne« ) que sur le fond : revenir sur les accords de Shengen lui semble une erreur.

 

En guise de conclusion, message civique pour dimanche : allez voter ! Pourquoi ? Par politesse envers ceux qui vont en prison pour ça :

 

 

Crédit photo : Global Panorama.

Que cela vous inspire-t-il ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *