Google PlusFacebookTwitter

Le rire est un souffle diabolique

Par dans Les billets d'Auvairniton

Share On GoogleShare On FacebookShare On Twitter
Le nom de la rose

Tonton Gui va s’occuper de toi et tu vas moins golri

Le rire est un souffle diabolique qui déforme les ligaments du visage et fait ressembler l’homme au singe. Voilà ce que j’expliquais à ma femme hier soir devant l’émission de Cyril Hanouna.

Ce a quoi elle a évidemment répondu « je ne saurais mieux dire Auvairniton ; quel honneur de porter le nom de Bourgrire avec toi ».

Vous pensez que j’exagère, que je suis un peu extrême ?

Mais Jorge, dans le Nom de la Rose, ne dit pas autre chose, ne pense pas autrement !

Et comment donner tort à ce sage homme ? « La Providence ne tolère pas que l’on glorifie des futilités. »

Peu après, ma femme m’envoya faire la vaisselle et terminer le nettoyage des sols.

 

Mon esprit quitta bien vite ces tâches mécaniques et me donna l’occasion de réfléchir davantage.

Quinconce entreprend aujourd’hui de regarder la télévision aux heures de grande écoute sera forcé de trouver matière à rire.

La plupart des stratégies d’audimat sont basées sur la bonne humeur ; avec un public prêt à rire de (presque) tout.

 

Du pain et des jeux pour mettre de côté les désagréments du quotidien.

 

Faites le test : essayer de regarder des émissions un minimum sérieuses. Je pense par exemple à « C dans l’air » avec Yves CALVI.

Eh bien, même sur ce type de plateaux, tous les invités veulent avoir l’air sympathique, trouver le bon mot pour promouvoir leurs propos.

Peut-on rire de tout ? 1/4 par prince_de_conde
Fabrice LUCHINI a même dénoncé (avec humour ?) la « tyrannie du rire ».

 

L’humain a un besoin inné d’être trouvé sympa et de trouver son congénère tout aussi sympathique. Celui qui serait différent s’expose à être victime de l’intégrisme de la rigolade, comme l’explique François L’YVONNET, professeur de philosophie et éditeur.

Dans le même esprit, les Inrocks insistent en particulier sur le « rire des politiques, le pire de la politique« .

 

Respirons un peu. On n’est pas obligé de rire de tout avec tout le monde et d’être d’humeur radieuse en permanence. Il y a même derrière cela finalement un certain culte de la performance.

Il faut être performant économiquement, à son travail et dans la création/l’accumulation de richesse ; puis il faut être performant en famille : avec sa compagne, ses enfants.

Enfin, l’ultime performance sociale serait d’avoir le rire facile.

 

Guillaume : Non là je ne suis absolument pas d’accord…
Jorge : ASSEZ !

 

Sauf que…

 

Nietzsche nous dit, à la fin de Par delà le bien et le mal : « J’irais jusqu’à risquer un classement des philosophes suivant le rang de leur rire. »

Le rire est un sujet auquel les philosophes doivent s’intéresser sérieusement.

Et les sociologues, les amateurs de Sciences Humaines ?

Henri BERGSON est l’auteur d’un ouvrage intitulé « Le Rire ». Le rire y est considéré comme une punition de la société envers les êtres qui s’écartent de la norme d’après Wikipédia.

Cela sonne comme une condamnation à priori. Mais en fait c’est juste une description à froid à des mécanismes du rire.

Par ailleurs, même en tant que punition, le rire crée du lien social, on rit « de » ou l’on rit « avec ».

 

Rigoler sans se prendre la tête ? Ce n’est pas le propre de l’homme ;).

 

 

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le One Man Show, ça vous évoque quoi et qui ? | A. BOURGRIRE - […] débarque à Paris en 1974 et met sur pied un spectacle comique basé sur des imitations de différentes vedettes…
  2. Le rire est un souffle diabolique | Auvairniton... - […] Le rire est un souffle diabolique qui déforme les ligam …  […]

Que cela vous inspire-t-il ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *