Google PlusFacebookTwitter

Les rires enregistrés : la preuve que c’est drôle

Par dans Les billets d'Auvairniton

Share On GoogleShare On FacebookShare On Twitter

Je me souviens de mon premier contact avec les rires enregistrés : le Prince de Bel-Air ou Sauvés par le Gong. Mais là encore ça passait, puisque c’était plutôt drôle (pour les standards des années 90).

C’est avec les sitcoms d’AB Productions, notamment Hélène et les Garçons, que tout a franchement dérapé.

Lol hein ? Non ? Non, effectivement. Même dans les années 90, Auvairniton Bourgrire ne riait pas.

Je me souviens d’un article du parisien qui insistait d’ailleurs lourdement sur les rires enregistrés.

Ils étaient plus que nécessaires au succès de la série. En effet, comme je l’expliquais dans un précédent article, le rire est communicatif.

Nous avons deux moyens de nous le procurer : en trouvant quelque chose drôle (pas facile ici), ou en nous laissant aller à la suggestion, à l’imitation.

Si nous voyons ou entendons des rires, nous seront davantage enclin à céder aussi à l’hilarité.

Nos résistances ont besoin d’être vaincues, nous avons besoin de céder avant d’accepter de rire. Surtout à Hélène et les Garçons.

 

Le concept des rires enregistrés n’est pas nouveau. Il remonte aux années 50 et au Hank McCune Show !

D’ailleurs, je vous parlais du Parisien mais Science et Vie a apparemment pris le même exemple d’après Wikipédia :

« Cette technique permet aussi de faire rire le spectateur lorsqu’il n’y a rien ou pas grand-chose de drôle et rattraper ainsi de mauvaises séries : cela avait été évoqué dans le magazine Science et Vie Junior avec l’exemple d’Hélène et les Garçons »

Les grands esprits se rencontrent.

 

Comme toute bonne idée, un excès peut finir par nuire. Par ailleurs, les gens apprécient peu le faux, « la boite à rires » comme on dit au Québec.

Longtemps, dans l’esprit du spectateur, le rire enregistré était associé au « faux », à de la triche. D’ailleurs, il sonnait faux.

Impossible parfois de comprendre comment et pourquoi il était déclenché.

Le pire : le même rire qui revient toujours. Superbe exemple avec cet extrait de How I met your mother :

 


How I met your mother : rires enregistrés par Spi0n
Respect pour le travail de l’auteur déjà. C’est ce genre d’initiatives qui donne une certaine noblesse à Internet et me (re)donne une relative Foi en l’espèce humaine (vous voyez comme je garde toute mesure en toute circonstance).

 

Pour (re)gagner en authenticité, certains producteurs ont eu l’idée d’enregistrer les véritables rires du public… comme ses autres réactions ; colère, surprise, sifflets etc.

Un bon public est un public qui réagit… et fait réagir le spectateur chez lui ensuite.

Cette technique nécessite un peu de budget  (et d’ambition !) mais elle a souvent joué un rôle déterminant dans le succès d’une série… comme Friends ! Une série qui a créé une génération d’idiots névrosés et égocentriques d’après Vice, repris par Slate.fr.

On ne peut pas leur donner totalement tort. Parce que même si les rires étaient réels, le public sélectionné était drôlement bon public justement.

Il était au taquet pour entrainer tout le monde.

Or Friends sans effet d’entrainement, c’est vachement moins marrant :

La même expérience est trouvable sur le net avec Big Bang Theory.

Mais le rire enregistré peut aussi être une arme pour choquer. Au sein d’un groupe, celui qui a des émotions contraires à la norme interpelle voir met le groupe en danger.

L’UNICEF avait choisi cette stratégie en 2002 pour sa campagne : un décalage qui crée le malaise.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le rire est un souffle diabolique - […] plupart des stratégies d’audimat sont basées sur la bonne humeur ; avec un public prêt à rire de (presque)…
  2. Les rires enregistrés : la preuve que c'... - […] Je me souviens de mon premier contact avec les rires en …  […]

Que cela vous inspire-t-il ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *